Leopold Landrichter
Juxtaposition
10/06/10 - 17/07/10
 
       
Nous avons le plaisir de présenter Juxtaposition, la deuxième exposition personnelle du peintre autrichien Leopold Landrichter dans notre galerie.

Les peintures de Leopold Landrichter avec leur dynamique et leur intensité rythmique peuvent être perçues comme de la musique visuelle. Immobilité et mouvement, ligne et aplat, surface et profondeur sont autant d’éléments en dialogue continu d’une organisation répétitive et circulaire.
Les oeuvres de Leopold Landrichter contiennent des dissonances et des ruptures de logique inattendues. Ce qui apparaît comme des couches de couleurs posées d’une manière harmonieuse s’avère finalement impossible : deux couleurs semblables peuvent se croiser à des points variables tout en créant à chaque fois un mélange différent. Les perspectives s’effacent au profit des discordances spatiales – le sens de la gravité est remis en question, évoquant une sensation de vertige. Ce qui semble au premier regard ordonné et compréhensible, peut se révéler chaotique et contradictoire par la suite. L’artiste ne s’intéresse pas aux réponses définitives à des questions potentielles, engendrées par cette complexité – c’est l’incertain qui propose un mode de perception inattendu.
Le travail de Leopold Landrichter n’est guère basé sur un système conceptuel même si, sur le plan formel, il semble construit méthodiquement. Ce sont, au contraire, les répétitions des motifs qui donnent à l’artiste – et au spectateur – la possibilité d’admettre l’existence des déclinaisons inattendues et de pouvoir se concentrer sur des nouveaux détails.
L’artiste ne cherche pas la réalisation systématique d’une idée préconçue mais considère son travail comme un processus, s’offrant la liberté de poursuivre des impulsions spontanées. Cette méthode est proche de la façon de composer de certains musiciens. La manière d’investir les répétitions et la rythmique, de positionner les éléments les uns par rapport aux autres, de créer un dialogue, permet également de faire un parallèle avec l’écriture musicale.
© Leopold Landrichter, sans titre, 2010, acrylique sur toile, 80 x 70 cm